Je suis Zoé. Je termine mon stage chez Gudog et après avoir passé tout l’été proche des chiens, j’ai voulu écrire un article sur ma relation avec eux. J’ai choisi de parler de mon choix d’être volontaire dans un refuge pour chien et ce que cette expérience m’a apporté. 

Mars 2008. A 12 ans avec des rêves de devenir vétérinaire plein la tête, j’arrivais à Chypre pour 3 mois. Une île pleine de chats et chiens abandonnés, ce qui me brisait le coeur. Je voulais faire quelque chose. Maman trouva le Refuge pour Chiens de Nicosie et je me suis rendue compte que je pouvais aider.

Comme mère dévouée et voulant ouvrir les yeux à ces enfants sur la dure réalité des animaux abandonnés et voulant nous rendre heureux en nous aidant à les sauver, elle conduisait mon frère de 9 ans et moi tous les samedis pour faire du volontariat avec les chiens. Ce n’était pas une décision basée sur l’idée que si je ne faisais rien personne n’allait le faire, mais sur le fait que je voulais être une des personnes qui faisaient quelque chose. 

Situé en face de l’ancien aéroport de Nicosie, dans la zone tampon des Nations Unies de l’île divisée, une zone déserte et peu rassurante, le refuge pour chiens ne paraissait pas très accueillant. Le soleil était trop chaud, l’odeur des chiens trop forte, et il y avait des grandes barrières de métal autour d’enclos où vivaient les chiens. Mais une fois arrivée, j’ai vu le dévouement des personnes qui travaillent là bas et j’avais hâte de me joindre à eux. La routine se résumait à laver, promener, nourrir, et surtout câliner et donner de l’amour constamment à ces boules de poils. Dans chaque salle il y avait énormément de chiens car Chypre étant une île, chaque animal qui y arrive se reproduit et ne peut pas quitter les lieux. Il y avait une surpopulation de chats et chiens abandonnés qui m’a brisé le coeur. Je me souviens qu’il y avait juste mon frère et moi comme volontaires en plus des hommes qui s’occupaient du refuge. Maman nous déposait le matin et nous aidions au maximum. 

J’étais responsable des chiots la plupart du temps, ce qui pour moi était la meilleure partie. Assise dans un enclos de bois avec une douzaine de bébés golden retrievers, rottweilers, et croisés, gémissants, me léchant et me grimpant dessus pour avoir des câlins. Ils étaient tellement petits qu’ils tenaient dans la paume de ma main et je passais ma journée à l’ombre à leur donner des caresses. Je me rappelle encore d’un chiot en particulier, un bébé rottweiler qui était tellement petite qu’elle n’avait même pas encore ouvert ces yeux. Elle était toute rondelette et douce et me suçait les doigts pour trouver du lait. Adorable mais déchirant. Je la nommait Bulle et lui donnait tout mon amour et mon attention, la gardant dans mes bras tous les samedis pendant 3 mois. 

Il fallait aussi promener les chiens. Imaginez deux enfants avec 5 laisses chacun avec des grands chiens à l’autre bout. Ils avaient la bougeotte et il était impossible de se promener tranquillement avec eux. C’était du sport mais ça valait le coup de les voir courir et jouer dehors. 

Ces animaux veulent être aimés, ils méritent d’être aimés. Les chiens sont une des créatures les plus pures de la planète, tellement reconnaissants et qui peuvent donner de l’amour inconditionnel. Le meilleur moment du volontariat était l’entrée dans l’enclos des chiots, quand les douze bébés me sautaient dessus pour avoir des câlins. C’était aussi la partie la plus difficile parce que je voyais à quel point ils avaient besoin d’attention constante et n’avaient pas de famille permanente pour leur en donner. Je n’étais pas une personne à chiens avant de faire du volontariat. J’ai décidé de le faire parce que j’étais une personne à animaux, mais maintenant je sais que faire du volontariat et/ou adopter peut changer la vie d’un chien. Et la votre. 

Cette experience m’a appris 3 choses.

  • Adoptez les chiens, ne les achetez pas. Mettez de côté votre envie d’avoir un chien de race et cherchez en refuge. Vous pourriez sauver une vie.
  • Ne négligez pas la stérilisation et la castration, vous éviterez les abandons. Certes les chiots sont adorables mais ce sont des chiens en plus qui auront besoin d’une maison et n’en trouveront peut-être pas. 
  • Chaque geste aide. Faites votre part, faites du volontariat. Même si vous pensez que c’est inutile, que cela ne changera rien à la situation, cela aidera au moins un peu. Les gens qui s’occupent du refuge seront toujours ravis d’avoir une paire de mains en plus pour laver les chiens et nettoyer les enclos, et les chiens accueilleront toujours ceux qui veulent jouer avec eux et les câliner.

En faisant du volontariat dans un refuge, non seulement vous ferez sentir aux chiens qu’ils sont aimés, mais vous sentirez que vous avez aidé à faire de ce monde un endroit plus agréable. 

Vous connaissez Gudog?

Gudog est une plateforme qui met en relation des dog sitters expérimentés avec des propriétaires de chiens. Notre plateforme permet à chaque propriétaire de trouver le dog sitter idéal, en facilitant la réservation et en garantissant un paiement sécurisé. Gudog est la meilleure alternative aux chenils.